Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

2016-10-27T21:41:32+02:00

Un dernier verre (2)

Publié par Tilancia

écrit le 27/10/2016

Il ne pouvait s'empêcher de regarder Mala. Depuis des mois, il s'était fait violence pour ne plus réapparaître devant elle. Mais la voir dépérir un peu plus chaque jour lui crevait le cœur, le lui brisait en un millier de pièces comme un vulgaire puzzle. Il voyait en elle ce qu'il avait été lors de ses derniers instants : un être cadavérique, blême, épuisé, un mélange de douleur, de haine et de mort sur le visage.

 

Bon sang ce qu'il avait aimé cette fille, et ce, dès le début ! Un soir lambda, alors qu'il venait au bar comme tous les soirs, il trouva au comptoir, non pas le barman grincheux de d'habitude mais une jeune et jolie jeune femme. Elle était sublime, avec ce diapason dans la voix qui lui était si particulier. Bien qu'irrésistiblement attiré par elle, il s'était rapidement retranché au fond de la salle et avait gardé cette attitude pendant un certain temps. Non, il n'était pas un gars bien pour elle. Elle méritait bien mieux. Il avait vraiment fait de son mieux mais c'était sans compter sur l'entêtement de la jeune femme. Avec patience et ingéniosité, elle sut percer ses dernières défenses et il n'eut d'autres choix que de lâcher prise. Ces rendez-vous quotidiens autour d'un indien devinrent magiques, comme une drogue. Il apprit beaucoup de choses sur elle, notamment qu'elle s'appelait Maladie. Il aimait son surnom mais son vrai prénom avait un goût exquis.

C'est alors qu'il avait cessé de venir la voir. Elle avait une telle attraction sur lui qu'il en cessait de vivre. Mais sa nature pour le moins douteuse compensait. Alors, pourquoi, me direz-vous, a-t-il cessé de venir la voir ? Et que lui est-il vraiment arrivé ?

Le premier soir où il ne vint pas, il se passa quelque chose. Alors qu'il n'était plus qu'à quelques pas du bar, il aperçut un homme étrange sur le trottoir en face dudit bar. Il observait Maladie d'un œil avide et cruel. Parcouru d'une colère froide, il sut alors qu'il pourrait tuer pour elle au premier degré, et ce, sans hésiter. Il fonça sur l'étranger avec une telle force que ce dernier en resta coi. Mais il savait depuis longtemps que sa particularité prendrait fin si jamais il venait à se servir de ses dons contre un humain. Grand mal lui fasse, il ne put se résoudre à épargner l'autre lorsqu'il eut sondé son esprit pour y apercevoir les pires vices de l'humanité. Sa basse besogne accomplit, un goût de regret dans la bouche, il jeta un dernier regard de l'autre côté de la rue : Maladie nettoyait gaiement quelques tables. Cette fille rayonnante allait être déçue car ce soir il ne pourrait pas venir. Oui, ce soir, il lui briserait le cœur.

Devenu un esprit vengeur, il se refusait à la voir. Mais la folie manquant de l'emporter, un soir, juste un, il prit le risque. Et c'est là qu'il vit une Mala qu'il ne connaissait pas. La jeune et jolie jeune femme, pétillante, enjouée, espiègle, avait laissé place à une pâle ombre d'elle même. Aussi n'avait-il pas put détacher son regard noir d'elle. Elle pensait que c'était sa faute à elle s'il était parti. Cette seule idée fit naître en lui des envies de meurtre. Il avait eu envie de la secouer et de la faire réagir : quelle ne fut pas sa surprise quand il comprit qu'elle pouvait le voir. Le choc fut si violent qu'il disparut dans la foulée.

 

Cela faisait donc désormais quelques mois qu'il l'observait à bonne distance. Elle avait tellement paniqué en le voyant qu'il préférait ne plus risquer de lui causer une crise cardiaque. Pour autant, il lui semblait que son cœur était déjà mort et que, pour le coup, il ne risquait plus grand chose. Ce jour-là, alors qu'il s'apprêtait à disparaître dans son monde d'horreurs, quelque chose le retint. Il se figea, tous les sens en alerte, un frisson remontant le long de sa colonne. Une main. Il y avait une main qui retenait sa veste en cuir. Cette petite main, si fine, si belle, il l'aurait reconnu entre mille. Un demi-tour plus tard, Mala le regardait de ses yeux bleus cristallins. Comme transpercé par les étoiles elles-mêmes, il ne pouvait plus dire un mot.

« - Ne t'en vas pas.

Ne t'en vas plus.

Ne me laisse plus jamais seule »

 

On raconte que Mala ne vécut pas longtemps, qu'elle fut rapidement emportée par la mort, comme embrassée par le mal lui-même. Mais l'histoire note un point important, et c'est ce dont il faut se souvenir : elle fut heureuse toute sa courte existence, bien que considérée comme légèrement dérangée. Elle avait pour habitude de toujours se parler toute seule, à voix haute. Tous les soirs, elle préparait un indien et le déposait sur une table déserte. Elle s'y asseyait et son regard se perdait dans le vide. Quoi qu'on en dise, malgré sa joie de vivre, jamais elle ne fut aussi radieuse que le jour où elle quitta ce bas monde

 

Tilancia

Voir les commentaires

commentaires

Girl Gift Template by Ipietoon - Hébergé par Overblog